Bonjour,

Dans tout juste une semaine (le 25 juin 2016) sortira en librairies le 1er tome de mon premier roman : La proie (Sous son Emprise).

Pour fêter ça avec vous chers fidèles du blog et de la page Facebook, je vous offre le Prologue.

Bonne lecture. N’hésitez pas à commenter et à partager 🙂

En attendant, vous pouvez retrouver ce premier opus sur les sites de vente en ligne :

1)  le livre papier (broché):
– Chapitre : https://t.co/QmUY2X6vjH
– Fnac : http://bit.ly/1VTvd60
– Amazon : http://amzn.to/28pOxNk

2)  version électronique : Amazon: http://www.amazon.fr/dp/B01FW62AX6

A bientôt.
Aloïsia


Prologue

« N’écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. » Claude Debussy

Allongée sur mon lit, les muscles endoloris d’avoir trop tremblé, je remonte la couette. J’ai froid, pas un simple frisson ou la chair de poule, non, un froid intense qui me glace le sang. J’ai froid à l’intérieur. J’ouvre péniblement un œil puis le second, mes paupières sont lourdes et gonflées d’avoir encore pleuré. J’attends et j’écoute. J’attends patiemment que mes yeux s’habituent à la pénombre : je commence par distinguer ma table de chevet et la petite lampe recouverte d’un abat-jour gris souris. Je n’ose pas l’allumer. Peut-être est-il encore tapi derrière la porte de ma chambre à attendre sournoisement mon réveil ? Puis, je distingue les contours de la commode posée près de la fenêtre ainsi que le bras de mon fidèle fauteuil club, celui dans lequel j’avais passé tant d’heures à lire ou à observer la nature lorsque je pouvais encore profiter de cette maison qui était mienne mais que je devrai bientôt quitter. Quelle heure est-il ? Je n’ose pas non plus me baisser vers le radioréveil qui gît sur le carrelage froid au pied de mon lit, vestige d’une nouvelle nuit de terreur. Alors j’écoute. Je n’entends rien hormis mon cœur qui s’est remis à battre la chamade.

— Chut ! lui intimé-je silencieusement.

J’inspire profondément afin d’évacuer l’angoisse qui me noue une nouvelle fois l’estomac, il faut que je me calme. Toujours aucun bruit. Je repousse délicatement la couette sur mes pieds, le froid me fait frissonner, je me souviens avoir oublié de rallumer le radiateur hier soir. Je finis par poser les yeux au sol, l’horloge digitale du réveil clignote frénétiquement. Cela fait donc deux heures dix-sept qu’il a réenclenché le disjoncteur, à vue de nez il doit être aux alentours de cinq heures du matin. Mes yeux se sont maintenant habitués à l’obscurité, je cherche mon téléphone portable du regard, où peut-il bien être ? Je le soupçonne de l’avoir emporté avec lui. Il n’y a toujours aucun signe d’activité, là, au-dehors de mon sanctuaire dévasté. Je me lève en silence et colle mon oreille à la porte. Prudemment j’abaisse la poignée, elle grince, je retiens mon souffle.

— Courage ! m’exhorté-je.

J’entrouvre la porte suffisamment pour pouvoir m’y faufiler. Pieds nus, j’explore les pièces de ma maison, le couloir qui mène au salon me semble si long. Je m’arrête avant de déboucher sur la pièce à vivre pour reprendre mon souffle. La télévision fonctionne en sourdine, il est là. Il faut que je rebrousse chemin, que je regagne mon antre pour profiter de quelques minutes encore de répit. En reculant, j’heurte de mon pied le petit camion de pompier de mon fils qui se met à rouler dans le couloir. Pourvu qu’il n’ait rien entendu ! Paniquée, je tends l’oreille. Je perçois ses grincements de dents signe qu’il s’est enfin assoupi. Je décide alors de m’approcher sans bruit du canapé sur lequel il passe désormais toutes ses nuits. L’écran de la télévision éclaire son visage de reflets bleutés. Il a les traits tendus, il n’a pas pris la peine de se déshabiller, juste celle d’ouvrir la boucle de sa ceinture. Ses poings sont rageusement serrés sur son ventre, on dirait qu’il n’en a pas encore terminé. Je ne peux l’observer davantage, lui, cet homme que j’ai aimé, qui m’a appris à faire confiance, et qui au final m’aura tant fait souffrir. Ça me fait mal, un mal silencieux qui me ronge de l’intérieur. Je tourne les talons, il faut que je me ressource car à son réveil je crains un nouveau déferlement de violence. Avant de retrouver mon sanctuaire, je pénètre dans la chambre de mon fils. Je remonte sur lui la couette qui a glissé au bout de son lit. Elliott marmonne quelque chose que je ne comprends pas, il parle souvent dans son sommeil ces derniers temps. Pas étonnant qu’il soit agité avec l’ambiance délétère qui règne ici désormais. Je m’assois sur son tapis de jeux afin de pouvoir le contempler, ma chair, mon trésor, le seul être qui me permet de ne pas sombrer totalement et pour qui j’ai envie de me battre. Il n’y a pas si longtemps que je me suis éveillée, que ma conscience m’a indiqué que je devais réagir pour mon bien-être mais aussi pour celui de mon fils. Le point de non-retour a été franchi, je dois me ragaillardir, affronter mes peurs et faire cesser cette tyrannie. Elliott bouge encore dans son sommeil : il renverse sur le sol les peluches qui l’accompagnent pendant la nuit. Je ramasse l’une d’entre elles, un gros ours blanc en maille bouclette. Il sent bon, mélange de l’odeur de la lessive et de la crème pour bébé dont je tartine encore Elliott tous les soirs pour qu’il ait la peau douce. Tandis que j’étreins sa peluche favorite, mon cœur éclate un peu plus encore. Des larmes roulent de nouveau sur mes joues. En silence comme d’habitude. Comment ai-je pu en arriver là ?

 

Publicités