Mots-clefs

, , , , ,

Bonjour,

Il y a peu je me suis retrouvée face à un dilemme : peut-on tout dévoiler dans un récit autobiographique au risque de heurter l’ego d’une personne qui pourrait se reconnaître à travers le texte ?

Effectivement, si le récit en question ne fait que l’éloge des qualités de la personne en question il n’y aura pas lieu de s’inquiéter. Néanmoins, comme souvent dans ce type de narration, l’auteur risque de pointer du doigt certains dysfonctionnements ou de dénoncer des faits dont il aura été victime. C’est alors qu’il faut faire très attention. Aux yeux de la loi l’insulte et la diffamation (même dans un roman) sont condamnables.

Alors si vous voulez écrire vos mémoires, que faire ? J’ai fureté sur internet à la recherche d’informations et posé quelques questions récemment à une auteure qui m’a donné de précieux conseils :

  • Changer les noms des personnages afin que les individus visés ne soient pas clairement identifiables.
  • Il en va de même avec les lieux, il est judicieux de situer votre intrigue dans une région différente de la vôtre.
  • Même si vous avez de sérieux griefs envers quelqu’un, évitez les insultes (considérées comme un délit, elles peuvent vous coûter jusqu’à 12000 € plus les éventuels dommages et intérêts). Source : écrireunlivre.net
  • Pour éviter certaines tensions, surtout lorsque l’on écrit un récit de vie, il peut être de bon ton d’informer vos proches (du moins ceux dont vous parlez à travers votre livre) et de leur faire lire les passages concernés. Source : Edilivre
  • Attention également à la diffamation : vous devez toujours être en mesure de prouver la véracité de vos propos.

A la lumière de toutes ces informations, j’ai fini par opter pour le genre du roman autobiographique. En effet, l’intrigue s’appuie sur une base de faits réels, le narrateur parle en son nom à lui (« je ») et donne à travers le roman son analyse des évènements. Toutefois les noms des personnages, lieux et descriptions de certaines péripéties sont transformés de façon à ce que les protagonistes ne puissent pas se reconnaître.

Ensuite à vous de voir la part de subjectivité / fiction que vous allez injecter dans votre histoire…

N’hésitez pas à réagir en commentaires.

A bientôt.

Aloïsia

Publicités