Bonjour,

Le week-end dernier, la petite ville picarde de Friville Escarbotin organisait un radio-crochet spécialement dédié aux enfants.

Lors de l’annonce du concours le mois dernier Choupinette, 9 ans, s’est rapidement montrée intéressée. Étonnant lorsque l’on sait qu’elle est incapable de prononcer une parole devant quelqu’un qu’elle ne connaît pas. Sceptique, je me dis que je vais attendre quelques jours afin de voir si elle ne change pas d’avis. Le jour de la clôture des inscriptions, j’avais complètement zappé le concours et Chouchou ne m’en avait pas reparlé. Du moins pas à moi… mais à son père qui, contre toute attente s’est empressé de lui dire qu’elle pouvait y participer.

Voilà donc Chouchou qui me tanne : « Maman, s’il te plaiiiiit, inscris-moi !!! » avec son regard de petite malheureuse. Je lui explique qu’il faudra chanter devant toute la salle, que même si elle prend cela pour un jeu il y aura un jury, etc. Elle est toujours partante aussi nous procédons à l’inscription. D’un côté, cela me fait peur car connaissant sa timidité, je crains qu’un échec ne la bloque un peu plus. D’un autre côté, cela peut également l’aider à surmonter ses craintes, avec un peu d’entrainement.

mic-1132528_640

La première difficulté ne tarde pas à apparaître. Le concours ressemble à s’y méprendre à ceux des professionnels : on demande à Choupinette de se présenter à une audition devant quelques membres de la municipalité afin de jauger de la manière dont elle se comporte devant un public, il faut apporter une bande son sur clé usb.

Choupinette se sent vite découragée. Elle n’a jamais pris de cours de chant et se rend compte de la difficulté, ce qui ne devait être qu’un jeu prend désormais la forme d’un défi à relever. Je lui explique que ce n’est pas grave, si vraiment elle ne le sent pas alors elle peut renoncer. Mais non elle ne veut pas abandonner car ses copines se sont inscrites aussi. Elle veut aussi nous montrer qu’elle en est capable même si elle est morte de peur.

Alors la semaine qui précède je tente du mieux que je le peux de la préparer. Je déniche une bande son de qualité sur internet et nous voilà en train de la décortiquer afin de repérer les « indices » qui permettront à Chouchou de se caler sur la musique. Puis vint le tour des paroles car ce n’est pas tout de chanter en « yaourt » sur la voix du chanteur, là il s’agit de placer sa voix et pour cela il faut respirer et ar-ti-cu-ler. Le jour de l’audition, je suis plus stressée que ma fille, je reste dans la pièce d’à côté tandis qu’elle entonne sa chanson. Quelques fausses notes, un temps de retard sur la fin mais elle l’a fait elle a chanté devant des inconnus. S’ensuit une séance photo pour la présentation le jour du concours. De mon côté je suis briefée pour le jour J (répétitions, horaire d’arrivée, loges…). Il nous reste une semaine pour travailler le chant. Chouchou est motivée à bloc.

board-928386_640

Le jour J arrive et avec lui le stress fait son grand retour. Chouchou n’a pas faim, je la force un peu car il faut prendre des forces pour tenir jusqu’au soir. Nous passons la matinée en préparatifs : choix de la tenue, coiffure et maquillage. Puis son père vient la chercher pour les répétitions, je lui prodigue les derniers conseils, lui dit qu’elle va assurer. Elle maîtrise la chanson désormais, il faut juste qu’elle ne se laisse pas perturber par ce qui l’entoure. Un câlin, un bisou, un dernier encouragement. Je ne la reverrai que le soir juste avant son entrée dans les loges. Dans l’après-midi son père m’envoie un texto : « Tout se passe bien ». Ouf je suis rassurée. Comment cela va-t-il se passer devant le public ?

concert-336695_640

Au final, Chouchou s’est produit sur scène comme si de rien n’était : enthousiasme, humour, tous les ingrédients étaient réunis pour une prestation de qualité. Bien sûr elle n’a pas remporté le concours, mais elle a gagné en confiance en elle. Avec un peu de travail, l’encouragement et le soutien des parents, elle a pu relever ce défi. Mieux encore, cela lui a donné envie de recommencer l’an prochain « pour améliorer sa présence scénique » comme elle dit. Une chose est sure, je suis fière d’elle ! Au départ j’étais vraiment sceptique sur sa capacité à affronter un public et bien elle m’a bluffé. Elle n’a jamais perdu ses moyens. Finalement ce concours de chant est un bon exercice pour l’apprentissage de la maîtrise de soi, cela lui sera j’espère bénéfique pour ses années futures. Quand on veut, on peut !

Vous pouvez vous aussi raconter vos anecdotes en commentaires.

N’oubliez pas que vous pouvez également me retrouver sur Facebook : Les Chroniques d’Aloïsia Nidhead.

A bientôt.

Aloïsia

 

Publicités