Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , ,

Bonjour à tous !

Une petite question aujourd’hui : est ce que vous aviez pris de bonnes résolutions pour 2015 et avez-vous réussi à les mener à bien ?

Cette année j’avais trois projets :

  • Décrocher un diplôme universitaire
  • Écrire plus régulièrement
  • Débuter un rééquilibrage alimentaire.

En ce qui concerne les études, aucun problème je voulais ab-so-lu-ment décrocher ce master en Sciences du Langage. Reprendre le chemin de la fac dix ans après être sortie du circuit, tout en conciliant vie professionnelle et familiale n’est pas une mince affaire. Cela faisait quatre ans que je sacrifiais tout mon temps libre dans cette optique, aussi l’objectif n’a donc pas été trop difficile à atteindre 🙂

En revanche, étant donné que j’ai consacré beaucoup d’énergie dans cette reprise d’études, j’ai délaissé l’écriture (autre projet important de ma vie). Après le diplôme, j’ai voulu faire une pause afin de me vider un peu la tête. Quelle idée ! Il m’a été extrêmement difficile de reprendre mes activités. Une sorte de « ras-le-bol » s’était installé, rendant impossible toute tâche dès lors qu’il me fallait faire preuve de concentration. Je n’ai repris que dernièrement, et cette fois la motivation est revenue 🙂 Il faut dire que vous y avez été pour beaucoup. En effet, je tatonais, incertaine du fait que mes écrits plairaient, et de ce fait je repoussais leur mise en ligne. Il y a deux semaines j’ai publié sur Facebook un extrait de quelques lignes d’un roman que j’ai commencé à écrire il y a deux ans. L’engouement suscité par ce dernier m’a conforté dans ce choix et ce blog est né. J’espère que vous apprécierez ces articles autant que moi. L’écriture semble être une bonne thérapie lorsque vous avez vécu des situations compliquées et que coucher des mots sur papier vous permet de – non pas ressasser le passé – mais de l’appréhender sous un angle nouveau afin d’en tirer des leçons.

La dernière de mes bonnes résolutions est de celle que l’on réitère chaque année : « je vais faire un régime ». En ce qui me concerne, il ne s’agit pas de perdre 2 kilos mal placés mais plutôt d’entrer dans un processus de rééquilibrage alimentaire pour m’affiner durablement et gagner en forme et en estime de soi. Ce nouveau projet est mal engagé pour l’instant. En bonne épicurienne, j’aime (à nouveau) profiter de la vie. Je l’ai longtemps mise entre parenthèses aussi j’aspire désormais à profiter de chaque instant. Afin de tenir le coup niveau alimentation, j’ai procédé à un calcul via le net pour savoir combien de calories je pouvais avaler chaque jour sans prendre de poids. Mon nouvel objectif journalier en poche il ne me restait plus qu’à enregistrer chacun de mes repas sur l’application santé de mon smartphone. Bizarrement de mars à juillet j’ai tenu bon, notant scrupuleusement tout ce que j’avalais, même s’il s’agissait d’un écart. Juillet coïncidant avec quelques jours de vacances, je me suis dit avec tout le sérieux du monde « allez je fais une pause pendant trois ou quatre jours, dès que je rentre je m’y remets ». Après tout les vacances sont faites pour décompresser aussi je ne voyais pas l’intérêt de compter mes calories pendant ces quelques jours. Grave erreur de ma part. Le sérieux que j’avais mis dans cette mission s’est envolé en un clin d’oeil :-/

La conclusion que j’ai pu tirer de ces résolutions plus ou moins tenues est que le mot « pause » est dangereux pour la motivation, sauf à avoir un mental d’acier. Dès lors qu’une lueur d’hésitation apparaît c’est déjà trop tard. La première fois on se dit « ok je n’ai pas tenu bon aujourd’hui, je me rattraperai demain » et le jour venu une nouvelle excuse se profile à l’horizon pour nous empêcher de maintenir le cap désiré. Alors, comme l’a si bien dit Abraham Lincoln : « Gardez toujours à l’esprit que votre propre décision de réussir est plus importante que n’importe quoi d’autre. »

A bientôt.

Aloïsia

Publicités