Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Bonjour,

Tout le monde ou presque a déjà connu un jour dans sa vie où il s’est dit « J’aurais mieux fait de rester coucher… ». C’est le genre de phrase que l’on dégaine lorsque l’on accumule les petites contrariétés au court de la journée, que ce soit au travail, avec l’Administration, avec les enfants voire les parents et j’en passe.

Alors oui on rêve de son lit douillet et de sa grosse couette moelleuse dans laquelle on pourrait s’enrouler et profiter sans aucun scrupule d’une journée de nonchalance.

Serait-ce vraiment égoïste de vouloir ainsi échapper pour un jour au poids du quotidien ?

Je ne pense pas, mais bizarrement je n’ai jamais cédé à cette tentation aussi grande soit-elle. Pour quelle raison me direz-vous ? Les conventions très certainement… Dans l’imaginaire collectif il est souvent mal perçu de prendre une journée de congés pour ne rien faire, juste paresser, se chouchouter, décompresser d’une vie qui nous en demande toujours plus.

Car même avec une farouche volonté de ne pas se conformer aux diktats de la société, nous sommes vite pris dans l’engrenage. Travailler davantage, avoir plus de responsabilités, pour gagner plus d’argent, pour avoir un meilleur train de vie, tout en assumant sa part de responsabilité à la maison (faire les courses, avoir une maison soignée, bien éduquer ses enfants, les accompagner dans leurs loisirs, être une épouse ou un époux modèle, etc.) et sa vie sociale à l’extérieur (les amis, la famille, les loisirs).

Au final, nous ne sommes que les spectateurs d’une vie qui va trop beaucoup vite. Nous nous apercevrons, certainement trop tard, que nous sommes passés à côté de nos plus belles années.

Il serait donc très salutaire de faire une pause de temps à autre, avant de frôler le burn-out (nouveau mal du siècle soit dit en passant), de ralentir cette cadence infernale. Il ne faut pas avoir peur des conventions, non notre employeur ne va pas nous fustiger pour un jour de congés (je ne vous incite pas à « sécher » le travail non plus), surtout si cela peut éviter un potentiel surmenage. De son côté Monsieur le Boss sera même récompensé par une meilleure concentration de notre part et donc une meilleure productivité.

De mon côté, j’ai décidé de sauter le pas, je prends mardi une journée pour moi, Chéri sera au travail, Chouchou à l’école. Je n’ai rien planifié, et je peux vous dire à quel point c’est difficile de ne rien prévoir d’avance quand toute l’année vous devez gérer un planning ultra serré pour palier à toutes vos occupations. Et si on en profitait pour déconnecter également des écrans (télé, ordinateur, tablette ET téléphone), une vraie journée pour soi. Serait-ce de l’utopie ? A suivre…

En attendant, tous à vos formulaires de congés et vive la couette !

A bientôt

Aloïsia

PS : vous pouvez aussi me retrouver sur les réseaux sociaux (voir la page Contact) ^^

Publicités